Comment apprendre l'arrêt à son cheval ?

Soyez le premier à commenter

Que ce soit à pied ou en selle, il existe bien des situations où il est essentiel que votre cheval puisse rester immobile, ne serait-ce que pour une question de sécurité. Pourtant, l'arrêt est un exercice où beaucoup de cavaliers rencontrent des difficultés, que le cheval soit jeune ou déjà bien avancé dans son travail.

Qui n'a jamais mis le pied à l'étrier sur un cheval qui avance ou qui recule au montoir ?

Notre partenaire technique Benjamin Aillaud, vous livre ses conseils pour apprendre à votre cheval à s'arrêter, et surtout à rester immobile en toutes circonstances.

Déroulé de la séance

L'arrêt se travaille aussi bien à pied qu'à cheval. L'idéal étant de commencer à pied pour bien mettre en place les codes entre vous et votre monture. C'est un bon début pour éduquer votre cheval au montoir dans le calme et la décontraction.

L'exercice de l'arrêt comporte deux étapes : le cheval stoppe son mouvement en avant, puis il reste immobile tant que vous ne demandez pas autre chose. La clé d'un bon arrêt c'est un cheval calme et serein, qui trouve du confort dans l'immobilité, qui ne cherche pas à fuir.

Soyez toujours clair et précis dans vos demandes afin que votre cheval comprenne bien ce que vous lui voulez. Dites-vous toujours que si votre monture n'exécute pas bien un exercice, c'est souvent parce qu'elle ne comprend pas ce qui lui est demandé.


A pied

Commencez par travailler à pied. Votre cheval doit bien comprendre quand est-ce qu'il doit vous suivre, et quand est-ce qu'il doit rester immobile. Il doit être à votre écoute. Entamez donc cet exercice par la leçon "suis moi" qui vous donnera une bonne base de travail. Une fois que votre cheval vous suit bien partout, il doit normalement s'arrêter si vous cessez de vous déplacer.

Pour conserver l'immobilité de votre cheval alors que vous bougez à côté de lui, établissez un contact physique en lui touchant la tête, rapprochez-vous de lui. Déplacez vous vers ses épaules en restant proche de lui, comme si vous alliez monter dessus. Il doit rester immobile, sans que vous ayez besoin de le tenir. Récompensez-le. Vous devez pouvoir faire l'exercice des deux côtés de votre monture.

Si votre cheval bouge, redemandez un mouvement en avant en remettant de la distance entre vous et lui afin qu'il vous suive, redemandez un arrêt. Rétablissez le contact en le touchant tout au long de votre déplacement à côté de lui, vous commencez par la tête, puis l'encolure, l'épaule... jusqu'à vous retrouver en position pour mettre le pied à l'étrier.


En selle

Si votre monture reste bien immobile à pied, vous pouvez passer à l'exercice à cheval. Qui "en selle", dit "montoir", vous allez donc pouvoir directement mettre votre travail à pied à contribution. Recommencez donc l'exercice précédent jusqu'à vous retrouver au niveau de la selle. Si votre cheval n'a pas bougé, récompensez-le bien sûr, puis mettez-vous en position pour monter. Votre cheval doit être relâché et décontracté, de manière à ce qu'il n'ait pas envie de bouger pour trouver plus de confort.

Commencez par ajuster vos rênes en douceur, sans tirer et mettez vous en selle. Si vous rencontrez un problème avec un cheval qui recule au montoir, c'est peut-être parce que vos rênes sont trop ajustées. Normalement votre cheval n'a pas besoin d'être tenu s'il fait bien l'exercice. Vous pouvez donc maintenant monter et descendre de cheval à votre guise sans que votre cheval ne bouge. Si vous êtes un peu téméraire vous pouvez tenter de le faire du côté droit. Restez vigilant, se peut que votre cheval soit surpris car ce n'est pas quelque chose d'habituel.

Si votre cheval bouge au montoir, vérifiez bien que vous ne touchez pas sa croupe en passant votre jambe ou que vos rênes ne sont pas trop tendues. Redescendez et recommencez l'exercice en vous repositionnant face à votre cheval, en redemandant l'immobilité, toujours dans le calme. Cela peut-être long si votre cheval n'a jamais été vraiment éduqué au montoir. Armez vous de patience et de sérénité. Il faut que votre cheval comprenne qu'il y a plus de confort à rester arrêté.

Une fois que votre cheval a bien assimilé l'exercice et qu'il reste bien immobile, vous pouvez allez plus loin avec des exercices supplémentaires. Demandez une flexion, d'un côté puis de l'autre en faisant bien attention de détendre votre rêne extérieure. Votre cheval doit vous donner sa tête sans bouger ses pieds.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Validez votre note
Rédiger un avis
HAUT DE PAGE