Les mors de bride

(2)
Soyez le premier à commenter

Les mors de bride

1) Le Pelham
Les anneaux du mors sont prolongés par des branches dont les extrémités sont munies d’anneaux flottants, où sont fixées les rênes. La gourmette est fixée sur des crochets disposés de part et d’autre du mors. Les plus doux sont en caoutchouc.
Le pelham peut être utilisé de plusieurs manières :
- avec une seule paire de rênes fixée sur des alliances de cuir bouclées sur les deux anneaux latéraux du mors. C’est une combinaison d’effet de rênes de filet et d’effet de rênes de mors, peu précis. Il peut être employé de cette façon en extérieur avec les chevaux qui tirent.
- avec deux paires de rênes montées sur les deux anneaux principaux. Ce montage permet de bénéficier de l’effet releveur du filet, et l’effet abaisseur du mors de bride. C’est une bonne aide pédagogique pour enseigner l’utilisation des 4 rênes (bride).
Son utilisation suppose beaucoup de tact.
Avantages
Initiation à l’usage de la bride.
Inconvénients
Pas précis si employé avec les alliances.
S'adresse à des cavaliers confirmés.

2) Mors LHOTTE et Mors SAUMUR à pompes
Le canon peut être à pont ou à passage de langue. Il est généralement plus fin et les branches plus longues que le mors employé dans les autres pays européens. Le canon coulisse sur les branches sur 10 à 15 mm. Cette relative indépendance du canon incite le cheval à jouer avec son mors, à mâcher ses embouchures, à mobiliser sa bouche et à décontracter ses mâchoires.

Le règlement de dressage prévoit que toutes les parties du mors dans la bouche du cheval (filet, mors et gourmette) doivent être du même métal. Le bras de levier du mors est limité à 10 cm (longueur en dessous de la partie qui traverse la bouche).
L’anneau du mors ne doit pas dépasser 8 cm de diamètre.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Validez votre note
Rédiger un commentaire
HAUT DE PAGE