Travailler les transitions à cheval

Comment bien réussir ses transitions inter-allures ? Qu’est ce qu'une transition active ? Comment conserver son cheval décontracté pendant cet exercice ?

Les transitions montantes et descendantes

Découvrez les 3 exercices pour travailler les transitions à cheval

Lors du conseil précédent, nous avons abordé la décontraction et la souplesse  de votre cheval. On aurait presque pu vous prescrire aussi l’exercice. Et oui, quand on monte, on est deux et pour que tout se passe au mieux, il faut que vous soyez aussi physiquement prêt. On parle souvent de deux sportifs ou même d’un couple, alors, on compte sur vous pour garder la forme !
Aujourd’hui, nous allons nous concentrer sur un exercice de transition simple. Il s’agit de passer du trot au pas, puis du pas au trot. Vous allez me dire qu’on le fait tous les jours et que c’est d’une grande simplicité …., oui mais … ce n’est peut-être pas aussi simple si on recherche vraiment un cheval en équilibre et dans la décontraction. Soyons exigeants avec nous-mêmes !  On parle bien d'une transition active (montante comme descendante), et oui, une transition descendante doit aussi être active.

Exercice 1: L’équilibre longitudinal

Démarrons par un exercice sur un cercle de 20 mètres en EBE au milieu de la carrière.

Exercice pour une transition en équilibre

Il est plus simple de faire des transitions sur une courbe plutôt qu’en ligne droite car l'incurvation permet naturellement l'engagement du postérieur interne. Le cheval sera alors plus engagé. Petit rappel, sur un cercle, il faut pousser le cheval avec sa jambe intérieure pour récupérer avec la rêne extérieure. Vos mains et vos jambes ont une action indépendante.

Mettons nous au trot sur un cercle en essayant de stabiliser l'allure, c'est-à-dire avec un cheval qui garde un rythme constant dans son activité. Commencez par demander la transition lorsque vous rejoignez la piste, il y aura ainsi moins  de problèmes de flottement car votre cheval sera plus encadré par le retour sur la piste.
Repartez au trot avec énergie quelques pas après la transition à la condition que votre cheval soit toujours dans la décontraction (et non en résistance). Si c’est le cas, utilisez les aides de l’incurvation pour faire retrouver confort et relâchement à votre cheval.

La clé de la transition, c'est la préparation. Une transition, ça s'anticipe ! Avant de rejoindre la piste, il faut contracter les fesses, se grandir vers le haut  (sans pour autant partir vers l'arrière), souffler et si cela ne suffit pas, on contrôle avec la main extérieure (plus tendue que la rêne intérieure). Dans la transition, vous devez sentir que le garrot du cheval monte car il y a un report de poids vers l'arrière. Quand le cheval repasse au pas, n’oubliez pas d’accompagner le balancier d’encolure pour maintenir la décontraction de la ligne du dessus et obtenir une transition fluide et non heurtée.
Une fois que le cheval est passé au pas, il faut le récompenser en le mettant dans le confort. Pour cela, il faut rendre en cédant dans ses mains et accompagner avec son bassin

Si vous ne voulez faire qu’un avec votre cheval, n’hésitez pas à vous concentrer sur vos sensations et  sur ce que vous ressentez, quitte à fermer les yeux quelques secondes. Sentez-vous ce report du poids, l’abaissement des hanches ou même le garrot qui monte ? Tout cela va se faire progressivement mais vous verrez qu’au fil du temps, vous allez ressentir de plus en plus les choses et c’est comme cela que vous vous rapprocherez de plus en plus de votre cheval et que vous progresserez ensemble.

Exercice pour une transition inter-allures fluide

Il est possible que tout ne soit pas aussi simple et fluide:
On peut se retrouver face à une transition qui n’est pas nette car le cheval ralentit le trot avant la transition. On dit que le cheval "repasse derrière la jambe". C’est souvent un problème de mains (car on se durcit) et un manque de jambes. On a tendance à oublier ses jambes quand on passe à l’allure inférieure et pourtant, c’est bien à ce moment qu’elles ont un rôle essentiel à jouer. La jambe d’impulsion est bien la jambe interne tandis que la rêne extérieure est celle qui régule l’énergie de votre cheval.  N’oubliez pas de doser vos actions de jambes pour éviter de blaser votre cheval. Le but est de le garder plus perméable et sensible à chaque demande de votre part. Quand un cheval répond aux jambes, c’est tellement plus agréable, c’est un dosage subtil entre discrétion et efficacité.

Le cheval peut aussi résister dans la transition en se creusant dans le dos. Généralement, c’est le cavalier qui, au lieu de se grandir vers le haut, a son centre de gravité qui part vers l'arrière et sa main qui recule ce qui durcit la ligne du dos du cheval. N'oublions pas qu'une transition descendante démarre de l'arrière main. Le cavalier doit alors travailler sa verticalité avec les épaules qui restent dans l’axe bassin- talons. Pour plus de facilité, le cavalier doit avoir la sensation de s’allonger (s'étirer) comme s’il gagnait en taille.  

Exercice de transition trot - pas - trot

✅ Pour une transition active, il faut maintenir la décontraction de la transition dans les premières battues de pas qui suivent.
❌ Si le cheval résiste, cela est souvent dû à une mauvaise position du cavalier ce qui inclut un mauvais contact, le cavalier ne met pas le cheval dans le confort.

On vient d’aborder la transition du trot au pas et si tout s’est bien passé, vous pouvez passer à l’allure supérieure en demandant une transition du galop au trot. C’est le même principe, la seule différence c’est qu’au trot, le cavalier sera moins stable qu’au pas. Nos conseils restent identiques: anticipation, demande, et concentrez vous sur la stabilité du rythme de l’allure avec une vitesse constante. Si votre cheval accélère, c’est qu’il est en déséquilibre avec son poids du corps sur les épaules. Si vous êtes plus à l’aise au trot enlevé, allez-y, cela permettra à votre cheval de gagner en confort.

Dessin d'une bonne ou mauvaise transition

Exercice 2: Transitions trot - pas - trot sur un huit de chiffres

Dans l’exercice précédent, on s’est aidé de l’arrivée sur la piste pour effectuer les transitions. Maintenant que votre cheval se tient, ajoutons une difficulté en réalisant un huit de chiffres avec une transition en lettre X. Si votre carrière est suffisamment grande et que tout se passe bien sur le huit de chiffres, vous pourrez alors complexifier l’exercice en passant sur une serpentine de 3 boucles.

Les transitions trop - pas - trot sur un huit de chiffres

Quand je suis au trot sur mon cercle, j'effectue ma transition. Une fois au pas, le cheval marche droit sur quelques foulées durant lesquelles je prépare mon changement d’incurvation. Quand le cheval a cédé à la jambe intérieure, on peut demander  le trot à partir de son assiette. Ne repartez pas au trot tant que vous n'avez pas retrouvé calme et décontraction au pas.
La préparation reste identique à l’exercice précédent sans oublier d’inverser vos aides pour le changement d’incurvation. Préparer votre exercice dans votre tête, cela vous aidera à être prêt quand vous arriverez en lettre X. Et oui, parce que dans la réalité, tout cela se déroule assez vite et plus vous anticipez et préparez, plus vous avez de chance de réussir votre transition.



A main gauche, on obtient :
1/ Je tourne en E en direction de B à partir de mes aides d’incurvation
2/ Quelques mètres avant X je demande la transition au pas
3/ Mon cheval marche droit sur quelques pas
4/ Je prépare mon cheval à un changement d’incurvation à droite
5/ Une fois l’incurvation obtenue, je demande le départ au trot à partir de mon assiette. Je peux m’aider de la voix.


La difficulté de cet exercice consiste à décomposer 3 mouvements successifs:
1 - la transition descendante (sur la courbe),
2 - le changement d'incurvation (en ligne droite),
3 - puis la transition montante (à nouveau sur le cercle).
L’important n’est pas de faire l’exercice pour le faire mais bien de sentir son cheval à l’écoute, disponible et en équilibre.
Dans les difficultés rencontrées:
On observe souvent un manque de tonicité dans les transitions montantes. Dans ce cas, nous vous conseillons de remettre le cheval dans le mouvement en avant, soit sur de grandes courbes, soit sur un ou deux tours de piste. Une fois le mouvement en avant retrouvé, vous pouvez reprendre l’exercice.
Il est aussi possible de connaître un flottement dans les transitions descendantes, c'est-à-dire une perte de rectitude car les postérieurs ne sont plus sous le cheval. Là-aussi la solution est la mise en avant.
Attention de ne pas trop raccourcir votre allure car, contrairement à ce que l’on pourrait penser, cela ne vous aidera pas à réaliser l’exercice. La transition en sera d’autant plus difficile. Aidez le donc à ne pas trop raccourcir le trot pour éviter de le mettre en difficulté.
✅ Transition active MONTANTE ET DESCENDANTE
❌ Rectitude : contrôle des hanches

Les transition avec changement d'incurvation