PIERRE BEAUPÈRE #3 : EXERCICES POUR AMELIORER LE RYTHME

Nous avons vu l’importance d’aider le cheval à gérer son rythme et son équilibre pour pouvoir ensuite l’aider à se décontracter aussi bien mentalement que physiquement.

PIERRE BEAUPERE: COMPRENDRE LES PRINCIPES DE BASE

Grâce aux articles précédents nous avons maintenant les clés pour faire un bond en avant dans notre progression équestre ! Nous avons vu l’importance d’aider le cheval à gérer son rythme et son équilibre pour pouvoir ensuite l’aider à se décontracter aussi bien mentalement que physiquement.

Bien sûr, il y a tout un travail de préparation à faire à pied avec le cheval pour le préparer physiquement et mentalement à être monté, et pour l’aider à gérer ses émotions. Nous allons ici surtout parler de ce que nous pouvons faire quand on est à cheval.

La première question à se poser, maintenant que vous avez compris qu’il faut commencer par s’occuper du rythme et de l’équilibre, est de savoir par lequel on commence.

En réalité, cela dépend principalement du problème le plus évident de chaque cheval. Est-ce qu’il a plutôt tendance à toujours vouloir courir (rythme) ou à fort s’appuyer sur les rênes (équilibre) ? Est-ce qu’il a plutôt tendance à être très mou (rythme) ou à “tomber” à l’intérieur des cercles (équilibre) ?

Le “plus gros problème” est souvent celui qu’on va chercher à corriger en premier.

PIERRE BEAUPERE: COMPRENDRE LES PRINCIPES DE BASE

Je vais ici commencer par le rythme parce que c’est ce qui va me permettre d’amener des notions qui nous aideront pour la suite.
Aussi simpliste que cela puisse paraître, il ne faut jamais oublier (ou compliquer !) ce que tous les débutants apprennent au début de leur apprentissage : les jambes servent à demander au cheval d’avancer et les mains servent à demander au cheval de s’arrêter.

En effet, lorsque les cavaliers se retrouvent en difficulté, ils oublient en général très vite qu’ils avaient reçu très tôt dans leur apprentissage cette vérité qui paraît presque trop simple, alors que même l’équitation la plus fine et la plus avancée découle de ce constat.

Bien sûr, au fur et à mesure de la progression du cavalier et du cheval, ces demandes vont se raffiner, se nuancer, jusqu’à devenir invisibles (nous allons voir comment plus loin). Mais cela part toujours de cette simplicité, à laquelle il faudra revenir en cas d’incompréhension.

PIERRE BEAUPERE: COMPRENDRE LES PRINCIPES DE BASE

Mais alors, pourquoi est-il si difficile de ralentir le cheval qui veut toujours courir ou faire avancer le cheval qui est toujours mou et trop lent ?

Comme nous l’avons vu dans l’article précédent, si le cheval qui veut toujours courir ne reste pas dans une allure plus lente, si le cheval très mou ne répond pratiquement pas aux jambes (et si on a enlevé les douleurs et le matériel inadapté bien sûr), c’est en général car :
- Le cheval n’a pas compris ce qu’on lui propose
- Le cheval ne voit pas son intérêt à faire ce qu’on lui propose

Ce qu’il faut d’abord comprendre, c’est que si le cheval part au pas depuis l’arrêt quand vous utilisez les jambes et s’il s’arrête depuis le pas quand vous fermez les doigts, c’est qu’il a compris la demande pour ralentir ! Votre objectif sera donc de lui montrer SON intérêt à changer son habitude !

A partir de là, que votre cheval aille trop vite ou trop lentement, le principe sera toujours le même : les mains vont lui demander de ralentir et les jambes vont lui demander d’accélérer.

Etape 1 :
Dans la première phase, dès que le cheval ralentit ou accélère sur deux ou trois foulées quand on lui propose, on passe au pas ou même à l’arrêt, on donne les rênes longues et on caresse pendant un long temps (il faut que ce soit une vraie récompense pour lui). Puis on redemande la même chose et on récompense dès qu’on a à nouveau une bonne réponse.
Attention, on repasse au pas ou à l’arrêt AVANT que le cheval recommence à accélérer (s’il veut toujours courir) ou à ralentir (s’il est trop mou) ! Sinon il va penser que vous le récompensez pour être revenu dans son habitude !

Etape 2 :
Quand on sent que le cheval a compris et qu’il ralentit ou accélère dès qu’on lui demande sur deux ou trois foulées, on peut commencer à lui montrer qu’il doit prendre la responsabilité de gérer son rythme tout seul.

Pour cela, on va appliquer le même principe : on utilise les jambes ou on ferme les doigts sur les rênes pour accélérer ou ralentir et dès que le cheval a trouvé la vitesse qu’on voulait lui proposer, on relâche les rênes (si on voulait ralentir) ou les jambes (si on voulait accélérer), et on lui propose de continuer tout seul à la même vitesse.

Evidemment, le cheval risque au début de revenir dans son habitude et recommencer à courir ou ralentir. C’est normal. Si c’est le cas, au lieu de vous énerver ou de vous déprimer, rappelez-vous simplement comme il est parfois difficile pour vous-même de modifier une habitude ! Vous allez donc simplement agir à nouveau et le ramener à la vitesse que vous vouliez lui proposer. Dès qu’il est à cette vitesse, vous relâchez et lui proposez à nouveau de continuer tout seul à la même vitesse.

PIERRE BEAUPERE: COMPRENDRE LES PRINCIPES DE BASE

Vous allez répéter cela jusqu’au moment où lorsque vous relâcherez vos jambes ou vos mains le cheval tiendra la même vitesse seul pendant deux à trois foulées. Dès que ce sera le cas, vous passez au pas ou même à l’arrêt, vous caressez et vous faites une (vraie !) pause pour laisser le cheval intégrer et profiter de la récompense.
Evidemment, cela peut prendre du temps, car il s’agit ici de créer une nouvelle habitude, et surtout de rendre le cheval responsable en le laissant libre de ses choix.

Comment savoir que le cheval gère vraiment son rythme ? À mes yeux, cette phase est bien acquise quand on peut faire tout un tour de piste à la vitesse qui n’était pas naturelle pour le cheval et qu’il faut agir moins de 3 fois avec les mains ou les jambes.
Evidemment, ces actions de mains et de jambes sont assez basiques. Maintenant que vous avez bien compris le principe, nous allons voir comment les raffiner au travers des exercices qui vont aider le cheval à contrôler son équilibre, que nous verrons dans le prochain article !

PIERRE BEAUPERE: COMPRENDRE LES PRINCIPES DE BASE

PIERRE BEAUPÈRE

Cavalier professionnel et entraîneur de dressage, il a enseigné aussi bien à des cavaliers amateurs qu'internationaux de complet, de CSO et de dressage, ainsi qu'à la troupe du spectacle Cavalia, aux Etats-Unis.

En 2018, il a lancé le Projet Evolution, où il est parti avec ses deux chevaux faire le tour du monde des plus grands cavaliers, entraîneurs et artistes équestres actuellement en activité et aux méthodes respectueuses des chevaux.

Pierre Beaupère a notamment collaboré avec Andy Booth, Bernard Sachsé, Anja Beran, Matthias Geysen, Hervé Maurel, Russell Higgins et Walter Badet.

découvrez les autres conseils de pierre beaupère