PIERRE BEAUPÈRE #5 : LA DÉCONTRACTION

Lorsque les transitions sont bien maîtrisées par le cavalier et le cheval et qu’il gère bien son rythme, le cavalier pourra alors aborder la décontraction.

PIERRE BEAUPERE: COMPRENDRE LES PRINCIPES DE BASE

Ce qu’il faut d’abord comprendre c’est que la décontraction physique implique :

1) L’absence de tension dans le corps,
2) Une attitude optimale pour que le cheval porte son cavalier sur son dos sans se faire mal, en utilisant ses muscles profonds. C’est ce qu’on appelle la mise en main, où l’encolure s’arrondit et le chanfrein du cheval se rapproche de la verticale.

Pour obtenir cela, nous avons besoin :
1) Des étirements,
2) Que le cheval ne résiste pas contre les actions des doigts du cavalier.

PIERRE BEAUPERE: COMPRENDRE LES PRINCIPES DE BASE
PIERRE BEAUPERE:  LA DECONTRACTION

L’extension d’encolure :

En effet, les étirements, comme l’extension d’encolure, vont permettre au cheval d’étirer ses muscles et donc d’éviter les contractions et les crispations dans son corps. C’est aussi ce qui va faire travailler ses abdominaux et ses muscles profonds, qui vont lui permettre de préparer son corps à la mise en main.

Mais attention, faire des extensions d’encolure sans avoir un cheval qui gère son équilibre n’a pas d’intérêt, c’est même assez risqué. En effet, lorsque le cheval baisse son encolure, il va avoir tendance à charger plus son avant-main, et cela peut alors aggravé le déséquilibre vers l’avant.

Un bon cavalier pourra améliorer l’équilibre grâce à l’extension d’encolure mais cela demande déjà de solides connaissances.
Pour le moment, il vaut donc mieux penser que l’extension d’encolure ne peut pas être réalisée au détriment de l’équilibre, et qu’il vaut mieux interrompre la demande d’extension d’encolure pour améliorer l’équilibre avant de redemander l’extension.
L’extension d’encolure ne se demande pas avec des enrênements. Elle se demande en suivant les mêmes principes que ceux que nous avons vu jusqu’ici :

1) On aide le cheval à comprendre quelle est la meilleure réponse au signal qui propose l’extension d’encolure en récompensant dès que le cheval fait le moindre mouvement dans la direction de l’extension d’encolure,
2) On récompense le moindre effort du cheval, en lui demandant progressivement de faire de plus en plus d’effort à mesure que cela devient plus facile et plus clair pour lui.

Il n’y a pas un signal bien particulier pour demander l’extension d’encolure. En général, on la demande en pliant légèrement l’encolure vers l’intérieur (en fermant délicatement les doigts sur la rêne intérieure sur un cercle) et dès qu’on sent le cheval prêt à descendre le bout du nez, on avance la main intérieure pour le laisser s’étendre, en laissant progressivement s’allonger la rêne extérieure.

La mise en main :
A partir de là, on devrait avoir accès de manière assez naturelle à la mise en main.

Ce qu’il ne faut jamais oublier, c’est que la mise en main ne peut en aucun cas être forcée. Dès l’instant où on contraint le cheval à se mettre en main par des enrênements,  des cisaillements ou un mors plus sévère, on aura peut-être une “jolie” attitude, qui fera plaisir à notre égo, mais notre cheval ressemblera à un saucisson et n’a plus aucune possibilité de s’exprimer ni même de se muscler correctement.
La clé de la mise en main, alors, implique que le cheval ait compris ce que les doigts, quand ils se ferment sur les rênes, lui proposent.

C’est la raison pour laquelle c’est le bas du dos et le ventre du cavalier qui doivent gérer la vitesse et l’équilibre, parce que cela laisse aux mains la liberté de dialoguer avec la bouche du cheval et de l’aider à se décontracter.

PIERRE BEAUPERE: COMPRENDRE LES PRINCIPES DE BASE

En effet, il faut savoir que l’articulation de la mâchoire du cheval est une zone capitale. Tous les muscles de l’encolure (sauf un !) s’attachent aussi dans cette zone. Par le jeu des chaînes musculaires, la décontraction ou la contraction de la bouche a donc un effet de décontraction ou de contraction sur l’encolure puis sur les muscles reliés à l’encolure, jusque dans les jarrets !

PIERRE BEAUPERE:  LA DECONTRACTION

L’objectif du cavalier est donc d’aider le cheval à comprendre que lorsqu’il ferme ses doigts sur les rênes, il lui propose de décontracter sa bouche (et donc l’entièreté de son corps), ce qui l’amènera dans la mise en main de manière naturelle, parce qu’il s’est décontracté et pas parce qu’il y est forcé.

C’est la fameuse cession de mâchoire, qu’on demande à l’arrêt au début, en apprenant au cheval à mâcher son mors (et donc à décontracter sa mâchoire) quand les doigts se ferment délicatement sur les rênes. Pour y parvenir, on suivra la même logique de propositions et récompenses que nous avons vu jusqu’ici.

Bien sûr, cela demande de la pratique et d’être bien guidé lorsqu’on apprend. Mon but ici n’était pas de vous expliquer en détail comment faire, (il faudrait encore des dizaines d’articles pour ça, car il y a encore beaucoup de paramètres qui entrent en jeu et dont je n’ai pas pu parler !) mais de vous faire comprendre les mécanismes de base qui permettent de communiquer au mieux avec les chevaux dans l’équitation, avec cette idée permanente que le cheval y trouve son intérêt et qu’il ne soit pas contraint ou forcé.

C’est là qu’à mes yeux l’équitation devient un partenariat d’une grande beauté, où nous avons la chance de pouvoir communiquer à un niveau très intime et profond avec cet animal qui fascine l’Humanité depuis si longtemps.

Et je suis convaincu que si nous voyons et que nous traitons les chevaux comme des partenaires, ils nous donneront non seulement tout leur cœur mais ils nous enseigneront en retour une part de leur sagesse, en nous proposant un chemin de découverte de nous-mêmes, où les valeurs de Respect, d’Amour et de Compassion prendront tout leur sens…

PIERRE BEAUPERE: COMPRENDRE LES PRINCIPES DE BASE

PIERRE BEAUPÈRE

Cavalier professionnel et entraîneur de dressage, il a enseigné aussi bien à des cavaliers amateurs qu'internationaux de complet, de CSO et de dressage, ainsi qu'à la troupe du spectacle Cavalia, aux Etats-Unis.

En 2018, il a lancé le Projet Evolution, où il est parti avec ses deux chevaux faire le tour du monde des plus grands cavaliers, entraîneurs et artistes équestres actuellement en activité et aux méthodes respectueuses des chevaux.

Pierre Beaupère a notamment collaboré avec Andy Booth, Bernard Sachsé, Anja Beran, Matthias Geysen, Hervé Maurel, Russell Higgins et Walter Badet.

découvrez les autres conseils de pierre beaupère